Chevaux Difficiles - Zayin 3 : Barres au Sol et Longues Rênes [Diaporama]

Gabi Neurohr longe un anglo arabe aux longues rênes

Une grande constance - et une routine établie

Pour Zayin je suis la même routine chaque jour. Comme c’est un cheval très peu sur de lui, il a besoin de beaucoup de constance afin de savoir ce qui va se passer à quel moment. Cela augmente son sentiment de sécurité. Il est mon premier cheval chaque matin, je le conduis dans la zone de pansage pour être pansé.

Depuis cette semaine il arrive à garder ses pieds immobiles. Je lui cure les pieds et lui mets les protections, là il bouge encore un peu. Ensuite je l’attache et je vais chercher le tapis, le surfaix, le collier de chasse, les cordes et le caveçon. Je le détache pour l’équiper. Il a besoin de pas mal bouger les pieds et je le lui permets, parce que je sais que c’est l’expression de son inconfort vis à vis de la sangle.

Il ne se sent pas bien, et je ne vais donc pas en rajouter ou le faire sentir coupable pour ça. Je fais juste en sorte d’être délicate et douce avec lui, tout en préservant un cadre assurant notre sécurité à tous les deux.

Une fois que nous sommes dans le manège, je commence avec 10 minutes d’exercices calmes au pas. Je trouve que c’est important pour chaque cheval, non seulement comme échauffement après avoir été en box, mais aussi pour installer une habitude de détente et de calme en entrant dans le manège. Il y a beaucoup de chevaux qui entrent dans le manège et veulent tout de suite trotter ou s’exciter.

Durant ces 10 minutes je demande des petites flexions latérales sur le cercle, juste un petit mouvement vers l’extérieur afin qu’il se plie un peu et s’assouplisse au niveau des épaules et de la cage thoracique. J’attache ensuite la petite corde autour de son arrière main.

Je vérifie qu’il l’accepte bien au pas et ensuite je lui demande de trotter tranquillement le pattern du trèfle à 4 feuilles. Pendant les 3 premières séances de cette semaine il a eu encore quelques réactions défensives par rapport à la corde passant derrière ses postérieurs. Celles ci se produisent en général quand je lui demande d’aller sur le cercle. Il hésite, puis commence à faire de drôles de petits sauts avec son derrière. Pendant les deux dernières séances je n’ai pas eu de réactions du tout!

Ne pas s’attendre à ce qu’il ne fasse pas d’écarts!

Presque tous les jours il fait quelques jolis écarts durant la séance. Un jour il a vu le ballon vert dans le miroir et ça l’a rendu assez fou. Une autre fois ce sont des oiseaux sous la barrière ou un bruit à l’extérieur qui déclenchent la crise.

En général il bondit en avant au galop, fait un saut de mouton, rue et ensuite il trotte avec la queue plus ou moins en l’air. Je ne m’attends pas à ce qu’il cesse, ce n’est pas mon objectif pour lui. sans parler du fait que ça ne serait pas réaliste.

Il est sensible, en alerte et craintif, il va donc faire des écarts tout sa vie et nous faire savoir qu’il y avait quelques chose dans le buisson. La question qui se pose est: comment gère-t-il ces moments, est ce qu’il me demande ce que j’en pense et est ce qu’il me permet de l’aider?

Durant cette semaine j’ai remarqué un grand changement: il a commencé à venir vers moi en courant après ses épisodes de frayeur. Il se postait juste à côté de moi et a réussi à faire retomber sa peur de plus en plus vite.

Pendant les deux dernières séances il a même réussi à se calmer tout seul en restant sur le cercle au trot!

Diaporama avec descriptions détaillés ci-dessous

/14

Chaque semaine je lui présente un nouvel exercice, cette semaine: les longues rênes

J’ai choisi de commencer les longues rênes avec lui pour plusieurs raisons:

  • Pour lui enseigner les aides avec les rênes avant de le monter
  • Pour l’aider à mieux engager son arrière main
  • Pour l’aider à mieux gérer sa claustrophobie
  • Pour l’aider à trouver de nouvelles réponses quand quelque chose touche ses côtés

Je pensais l’avoir bien préparé avec la corde en 8 et le surfaix, et j’ai donc commis l’erreur de tout de suite faire passer la longe extérieure autour de ses postérieurs. Un petit changement peut faire une différence énorme pour un cheval! Ca ne lui a pas plu du tout! Il a paniqué et s’est senti emprisonné par la corde autour de son arrière train.

Heureusement j’étais prête et j’ai pu le contrôler suffisamment bien pour éviter un vrai drame. J’ai donc recommencé et décomposé l’exercice en petits pas. j’ai laissé la longe extérieure reposer sur son dos, juste derrière la sangle. C’était assez effrayant pour lui et je pense que ça lui rappelait visuellement de mauvais souvenirs avec la flank rope.

Il s’est mis à trotter autour de moi, pas affolé mais suffisamment inquiet pour ne pas pouvoir marcher. Je me suis assurée de garder un bon contact avec l’autre longe pour pouvoir diriger son nez et j’ai joué à un jeu de l’amitié très doux avec la longe qui était sur son dos. Il ne lui a pas fallu longtemps avant de décider que tout ça n’était pas si terrible et qu’il pouvait faire confiance à mes nouveaux outils et jeux.

Après cette première séance il a été capable de supporter les deux cordes qui pendouillaient et bougeaient tout en marchant tranquillement.

Les quatre séances suivantes avec les longues rênes ont été de mieux en mieux. A la fin de la semaine il pouvait faire des transitions pas-trot sur un cercle précis et en répondant à mon énergie. Il a commencé à se porter lui même dans un bon cadre et à bien accepter le contact des longes.

Vendredi était jour d’obstacles, qu’il a de nouveau sauté avec son équipement de surfaix, collier de chasse et corde autour des postérieurs. Zayin a été super, détendu et heureux. J’avais mis en lace une combinaison facile avec une foulée entre les sauts. Il m’a réellement surpris ce jour là, tellement il était calme, connecté et heureux. Il avait même l’air d’être prêt à être monté!

Voyons ce que la semaine prochaine nous réserve.

 

Articles recommandés