5 take aways from Berni Zambail Clinic FR

Je suis une coach à temps partiel, mais une étudiante à plein temps. L’apprentissage est un voyage qui dure toute la vie et dès que nous pensons en savoir assez, nous commençons à régresser. La semaine dernière nous avons eu le plaisir de recevoir Berni Zambail, instructeur Parelli 5* et spécialiste du développement des jeunes chevaux, pour 5 jours de stage. 5 jours pleins d’inspiration, de nouvelles découvertes et de la sagesse de Berni.

Laissez-moi partager mes 5 plus belles découvertes avec vous:

1. Don’t be afraid to go to the root of the issue

2.Qu’est ce que ça signifie d’avoir une conversation respectueuse avec notre cheval ?

3. Take the time to get 100% of your horses' mental engagement

4. When a Whisper is perceived as a Scream - readjusting lightness

5. Believe in yourself and your horse

 

1. Don’t be afraid to go to the root of the issue

Est-ce que vous avez déjà entendu le dicton : Mieux vaut une fin avec quelques problèmes, qu’un problème sans fin. Tourner autour du vrai problème, éviter les affrontements et faire des compromis - est-ce que vous voyez ce que je veux dire? 

Et bien moi, je vois. Berni Zambail m’a bien rappelé que si vous voulez avoir du succès avec les chevaux, ce n’est pas très malin d’accepter ce genre de compromis. 

N’ayez pas peur de creuser jusqu’à la racine d’un problème et de le résoudre une bonne fois pour toutes. Ça peut être un peu désagréable sur le coup, mais tout le monde en sera beaucoup plus heureux.

Il y a une peur en chacun d’entre nous prête à mettre notre cheval en colère, à lui faire perdre confiance et à nous rendre émotionnels - ce qui fera souffrir l’intensité et le timing de nos phases. 

Quand nous décidons finalement d’aller jusqu’à l’origine du problème, c’est une bonne idée d’y être préparé. Faites un plan d’action, soyez sûr de votre angle d’attaque et décidez quelle stratégie vous utiliserez.

Sachez en avance ce que vous ferez si les choses ne se passent pas comme prévu. Préparez-vous émotionnellement et soyez dans une attitude positive et confiante. Et enfin, soyez préparé et ayez les bons outils. La longueur de la longe, le genre de stick … ça peut faire une grande différence. 

Soyez préparé - ou comme Pat Parelli aime le dire : une bonne préparation empêche une mauvaise performance.

Quel est le compromis que vous avez avec votre cheval?

2. Qu’est ce que ça signifie d’avoir une conversation respectueuse avec notre cheval ?

Éclairons-nous d’abord sur la définition d’une conversation respectueuse : nous nous exprimons clairement, écoutons avec attention et répondons de façon appropriée. Nous traitons l’autre personne avec le respect qu’il/elle mérite et nous attendons de même en retour.

Chaque instant que nous passons avec nos chevaux, nous sommes en conversation avec eux. Nous, en tant que leader, devons donner l’exemple de politesse à notre cheval.

Imaginez simplement que votre patron soit impoli avec vous. Comment réagiriez-vous? Qu’est ce que vous penseriez de lui? Comment lui répondriez-vous? 

Nous devons nous assurer de parler à nos chevaux calmement et amicalement. Cela leur donne une chance de nous répondre calmement et amicalement. C’est seulement à ce moment que nous pouvons insister sur la politesse de nos chevaux s’ils ne le sont pas. 

Posez-vous ces questions :

  • Avez vous posez votre question clairement et poliment sans émotion cachées ?
  • Est-ce que votre cheval vous a écouté avec attention ?
  • Est-ce que votre cheval vous a répondu de façon appropriée ?
  • Quelle était la première réaction de votre cheval ? Est-ce que c’était un “Oui, bien sûr!” ou un “Pas question !”. Peut-être que votre cheval vous a même ignoré ?

Je sais très bien que nous faisons tous beaucoup d’efforts pour être polis avec nos chevaux. Mais nous n’osons pas leur en demander de même. Nous avons tendance à penser que c’est de notre faute si notre cheval regarde ailleurs, fais le contraire de ce que nous lui demandons, ou s’il se défend et nous ignore.

Nous pensons que nous devons être plus intéressants, organiser les séances différemment ou que nous n’avons pas demandé correctement. Bien sûr, nous devons continuer à nous poser ces questions.

Mais parfois, et dès que notre cheval connaît les règles de base de la communication, nous pouvons et devons insister sur la politesse de leur côté. De la même façon que la jument meneuse insiste qu’on lui parle avec politesse.

Et nous pouvons ajuster l’intensité de nos corrections dépendamment du niveau d’impolitesse. 

Au final, une conversation respectueuse et polie doit venir des deux côtés. 

3. Take the time to get 100% of your horses' mental engagement

4. When a Whisper is perceived as a Scream - readjusting lightness

Horses see everything, feel everything and observe everything. Everything means something and nothing means nothing to them. There is simply nothing that they don’t notice.

There are two kinds of horses: Those who learned that people are unaware of their body language and decided to simply not listen anymore, and those who get emotional by all the loud and imprecise communication.

It is up to us to make everything we do and communicate matter to them again or to tune down our voices.

Everybody dreams to have a sensitive and attentive horse. Berni Zambail helped me to discover a new level of lightness with my Shagya-Arabian mare Salimah. Since I bought her in September 2017, I appreciated her soft, attentive and sensitive nature.

I thought that I was talking very softly and quietly with her. Berni made me aware HOW light I can be with her, HOW closely she is paying attention. Every glance of my eyes, every movement of my hands, almost every thought means something to her.

This resulted in so much more softness, attention and connection in our communication.

In moments like this, I realize how often we are actually yelling at our horse, even though we think that we have been whispering.

How light would your horse be in your dreams?

5. Believe in yourself and your horse

 

Est-ce que vous avez déjà entendu le dicton : Mieux vaut une fin avec quelques problèmes, qu’un problème sans fin. Tourner autour du vrai problème, éviter les affrontements et faire des compromis - est-ce que vous voyez ce que je veux dire?

 

Et bien moi, je vois. Berni Zambail m’a bien rappelé que si vous voulez avoir du succès avec les chevaux, ce n’est pas très malin d’accepter ce genre de compromis.

 

N’ayez pas peur de creuser jusqu’à la racine d’un problème et de le résoudre une bonne fois pour toutes. Ça peut être un peu désagréable sur le coup, mais tout le monde en sera beaucoup plus heureux. Il y a une peur en chacun d’entre nous prête à mettre notre cheval en colère, à lui faire perdre confiance et à nous rendre émotionnels - ce qui fera souffrir l’intensité et le timing de nos phases.

 

Quand nous décidons finalement d’aller jusqu’à l’origine du problème, c’est une bonne idée d’y être préparé. Faites un plan d’action, soyez sûr de votre angle d’attaque et décidez quelle stratégie vous utiliserez. Sachez en avance ce que vous ferez si les choses ne se passent pas comme prévu. Préparez-vous émotionnellement et soyez dans une attitude positive et confiante. Et enfin, soyez préparé et ayez les bons outils. La longueur de la longe, le genre de stick … ça peut faire une grande différence.

 

Soyez préparé - ou comme Pat Parelli aime le dire : une bonne préparation empêche une mauvaise performance.

 

Quel est le compromis que vous avez avec votre cheval?