Tadjik - semaine 4

En ce moment nous appelons la forêt’autour du Plessis “le safari”.

Nous sommes à la fin de la saison de chasse, les voisins sont très actifs les week end et parfois en semaine, et j’ai l’impression que bon nombre de chevreuils, cerfs et sangliers viennent se réfugier chez nous parce que la forêt du Plessis est très calme.

Lors de notre première balade nous n’avons pas rencontré d’animaux sauvages et nous avons beaucoup trotté dans la forêt. Nous sommes passé à cotè d’une maison et d’un troupeau de moutons juste à côté de la route, ce qui a provoqué une grosse frayeur chez Sahel, assez inhabituelle pour lui. Tadjik n’a pas bougé. Il est vraiment cool.

Lors de notre deuxième balade nous avons rencontré beaucoup d’animaux. Des cerfs avec de grands bois, impressionnant Tadjik au premier abord, mais quand il s’est rendu compte que ses deux compagnons de balade Touareg et Sahel ne bronchaient pas, il a décidé de faire pareil. Plus tard nous avons rencontré un groupe de 20 gros sangliers traversant les fourrés en courant, ce qui a alerté encore 7 cerfs. Ça l’a vraiment impressionné, c’est sans doute la première fois de sa courte vie qu’il voyait des sangliers, et son coeur s’est mis à battre à toute allure. Encore une fois quand il s’est rendu compte que Sahel et Touareg restaient calmes, il a décidé que tout ça n’était pas si terrible et nous avons pu continuer tranquillement.

Un autre jour nous sommes parties à travers bois avec les deux chevaux, j’ai pris Zayin et Finja a pris Tadjik. Nous avons fait du hors piste. Nous avons sauté de grands fossés, sommes passés sur des troncs, autour des arbres, nous sommes passés dans des endroits très étroits et avons traversé des grandes flaques. Les deux chevaux se sont bien amusés et se sont comportés en bons partenaires.

Pendant les autres séances dans le manège Tadjik a été très joueur et parfois un peu désobéissant. Il faut vraiment que je joue avec lui, que je suive ses idées, qu’il puisse courir ici et là et faire ceci et cela, avant qu’il puisse suivre mon plan. Ça fait vraiment plaisir avec lui, il pense tellement vite et je peut lui proposer des challenges sans qu’il ne devienne cerveau droit à cause d’une de mes demandes. J’ai commencé à jouer avec une bâche en l’utilisant comme point de repos. Bien sûr après qu’il ait galoppé dessus  et qu’il l’ait sauté plusieurs fois.

Il est prêt, surtout mentalement, à être monté. Il a besoin de beaucoup de variété pour mettre son cerveau intellogent au service de mes plans. Si je n’invente pas de nouveaux challenges assez vite, il les invente lui même et peut devenir passablement désobéissant. Nous verrons la semaine prochaine, peut être que je commencerai à le monter juste un peu, genre 10 minutes à chaque séance.

 

{rfbcomment}width_of_fbcomment_box{end-rfbcomment}